Valoriser les matériaux stériles

A peu près 1 t de chaux permet de transformer 100 t de roches polluées à l’argile en matériaux de construction viables. Mais à condition de disposer du procédé adéquat. La solution s’appelle Combimix et a été mise au point par BHS-Sonthofen.

Développé par l’industriel allemand BHS-Sonthofen, le procédé Combimix permet de transformer de matériaux, provenant des carrières et supposés non réutilisables en matériaux de construction valorisables. Cette solution a été rendue possible, grâce à une caractéristique précise du malaxeur continu à deux arbres horizontaux DKX-C de BHS-Sonthofen. A savoir la possibilité de régler le temps de rétention des matériaux dans le malaxeur, en fonction de leur qualité de départ. De cette manière, la chaux – qui sert de neutralisant dans le process – dispose d’assez de temps pour se mélanger à l’argile et pour la déshydrater. Mais surtout, de réagir chimiquement de telle sorte que les particules argileuses puissent être ensuite séparées de la roche, d’une façon fiable, lors de l’étape suivante de criblage.

Ainsi, le procédé Combimix économise les ressources en calcaire, augmentant d’autant la durée de vie des carrières. Par ailleurs, des millions de tonnes de matériaux déjà mis en décharge, et que l’on pensait perdus, peuvent à présent être valorisées. Grâce à cette technique, les gisements de calcaire confinés, ou dont l’exploitation était jusqu’alors considérée comme non rentable, peuvent être utilisés de manière efficace, sans frais supplémentaires importants. En outre, Combimix étant un procédé à sec, il constitue une solution intéressante pour nombre de carrières, ne disposant pas d’eau en quantité suffisante pour assurer un traitement par lavage. En parallèle, il supprime la coûteuse étape de traitement de l’eau et de l’élimination des boues, conformément aux réglementations en vigueur.

Une première près de Stuttgart

Le procédé Combimix a été mis en œuvre pour la première fois, durant l’été 2016, sur le site de production de ballast de Mönsheim, près de Stuttgart, en Allemagne, appartenant à l’industriel MSW Mineralstoffwerke Südwest. En quelques semaines, l’efficience de la production est passée de 65/70 % à près de 93 %. Le calcaire extrait sur le site possédait une forte teneur en argile et en limon, qui polluait la roche. Cette pollution empêchait de commercialiser entre 30 % et 35 % des matières premières et les stériles contenant de l’argile finissaient en résidus d’excavation.

MSW Mineralstoffwerke Südwest a donc mis en service une installation Combimix, avec un ajout d’environ 1 % de chaux fine blanche. Le malaxeur traite les matériaux stériles de telle sorte que l’argile se détache proprement de la roche lors des étapes suivantes du processus. Ceci permet de réduire l’utilisation de matières premières, d’augmenter la production annuelle d’environ 130 000 t (soit 25 %) et de la stabiliser à 365 000 t. De plus, le procédé Combimix fait baisser l’énergie consommée par le traitement : 235 000 kWh/an de courant électrique et 100 000 l de gas-oil, soit une réduction de 17 % des besoins énergétiques sur site. Et ce, sans incidence sur les capacités de production. Auparavant, MSW Mineralstoffwerke Südwest ne produisait qu’un maximum de 280 t/h de matériaux commercialisables, la capacité est ainsi passée à 460 t/h.

 

Vers une internationalisation

En France, le procédé Combimix a également reçu un excellent accueil, tant d’industriels nationaux tels que Cemex ou Lafarge, que de professionnels de dimension régionale comme Gachet Granulats, spécialiste de la production de matériaux recyclés ou recomposés. Ainsi, au sein de la carrière ELG (partenaire de Cemex), à Beauvilliers, près de Chartes, dans le département de l’Eure, BHS-Sonthofen a démarré un malaxeur DKX-C 4900, un outil spécial “Combimix” dérivé du classique doubles arbres horizontaux pour béton DKX. Celui-ci offre une capacité de traitement, pouvant atteindre jusqu’à 250 t/h de stériles argileux d’une granulométrie 0/100 mm.

Aujourd’hui, le procédé s’internationalise, puisqu’en plus des cinq références en France, BHS-Sonthofen avait déjà mis en route, l’année dernière, une unité en Allemagne (celle de MSW), une au Canada et une dernière en Australie. Et de multiples projets sont en cours en Autriche, en Espagne, en Italie, en Serbie, en Russie, en Israël et même à Dubaï ! Ce qui permet à Dennis Kemmann, Pdg de BHS-Sonthofen, de voir déjà plus loin : « A l’international tout dans comme d’autres industries, notre procédé Combimix offre un très grand potentiel d’utilisations efficaces des ressources. Dans le cadre du traitement des sols contaminés, le Combimix est utilisé, afin de séparer les hydrocarbures et autres substances nuisibles à l’environnement, ne laissant qu’une partie minime des matériaux en tant que déchets dangereux. Dans les cimenteries, le Combimix peut être employé pour le traitement du calcaire, ce qui a un effet positif sur le processus de combustion dans un four rotatif et permet de réduire la consommation de fuel. »

Publié dans le CBPC n°931 du 03-2017
Retrouvez le magazine ici

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*